La feuille est l'Univers

Bérengère et Éric Maeker, 06 Juillet 2017.
tree-2435269_640.jpg
Assis en position du lotus, demi-lotus ou sur une chaise, face à un arbre majestueux planté sous les rayons du soleil d'une fin de journée d'été, j'observe une feuille.

Quelle conscience possède la feuille ? J'imagine la feuille élever sa conscience de sa tige vers le tronc et au-delà.

Attachée par la tige, la feuille peut avoir conscience d'elle-même à plusieurs niveaux.

Elle peut se considérer comme un individu unique ou comme membre d'une branche et d'un groupe de feuille.
À l'approche de la naissance de la branche qui la porte, la feuille peut appréhender son existence comme à l'intérieur d'une grande communauté de plusieurs branches. Puis de branches en branches, se dirigeant vers la mère des branches, se rapprochant de l'indivisible, la feuille peut se rendre compte faire partie d'un tout, vivant, attaché à un immense tronc.

Pourra-t-elle élever sa conscience aux racines qu'elle ne verra jamais, à la terre qui la nourri par le biais des racines, au soleil qui beigne toute vie, à l'eau qui vient des nuages, eux-mêmes enfants vaporeux des océans procréés par le soleil…

Pourra-t-elle se considérer comme l'Univers entier à elle seule ?
Car finalement, qu'est-elle d'autre que l'Univers entier ?

Et l'Homme ?
Peut-il élever sa conscience au-delà des racines ?

  • Thich NHAT HAN. La sérénité de l'instant, J'ai lu, 2008.