Méditation du cycle de l’oxygène

Bérengère et Éric Maeker, 10 Février 2019.
nature-3045780_1200.jpg
Installé confortablement, nous allons prendre cinq respirations afin de nous détendre et de nous connecter avec nous-mêmes, à l’instant présent.

Le cycle de l’oxygène, de la vie et l’interdépendance.

Lors de chaque inspiration, je sens l’air entrer par mon nez. Il fait vibrer mes poils. Il rafraîchit ma gorge et le haut de l’intérieur de ma poitrine. Par l’oxygène qu’il apporte, il nourrit la vie. L’oxygène permet à nos corps de subsister. Chaque respiration renforce la vie, c’est indéniable et tellement évident que cette notion fondamentale se perd parfois dans le rythme exacerbé de nos existences. D’où vient cet oxygène vital ? Qui en a déjà profité, qui l’a créé, transformé, purifié ? Respirons-nous le même oxygène que les dinosaures en leur temps ?

Le cycle de mes mouvements respiratoires s’intègre parfaitement à celui de l’oxygène et à celui de la vie, de la mienne et de l’ensemble du monde vivant. Il en va de même pour l’eau, l’azote, les nutriments… Nul n’existe seul et isolé d’un ensemble vivant. Tous, nous sommes interdépendants. Tous, nous sommes une parcelle de vie qui s’épanouit dans un ensemble, un tout.

J’inspire l’oxygène, pourvoyeur de vie.
J’expire, je suis vivant.

J’inspire la vie d’un ensemble.
J’expire, je participe à la vie.

J’inspire, je suis eux.
J’expire, nous sommes.

  • Thich Nhat Hanh.
  • Serge Villecroix. L’aigle et le chat bouddhiste. Ambre, 2012.