Abécédaire de la douance : l'implicite

Bérengère et Éric Maeker, 03 Juillet 2016. Mis à jour le 08 Février 2017.
Le monde de la douance est riche d'un vocabulaire qu'il est plaisant d'analyser. Chaque mot permet de mieux appréhender à la fois les difficultés des personnes intellectuellement surefficientes et les pistes du mieux vivre.

Qu'est-ce que l'implicite ? Pourquoi est-ce une notion importante pour les personnes à haut potentiel intellectuel ?

A l'opposé de l'explicite, ce qui est clairement exposé et replacé dans un contexte précis, l'implicite se définit comme un “ensemble de tous les caractères contenus dans un concept, y compris ceux qui ne figurent pas expressément dans la définition mais qui en découlent”. Ce concept mérite l'attention des personnes surefficientes (à haut potentiel intellectuel ou précoces) car leur absolu besoin de précision va être durablement mis à l'épreuve.

En effet, d'après les travaux d'analyse psychologique fruits d'une pratique auprès des personnes surefficientes, apparaît leur besoin d'informations et précision dans la formulation des questionnements. Il semble important pour eux d'avoir le contexte le plus précis dans lequel s'inscrit l'information ou la question. Pourquoi ? La pensée créative, ou divergente, amène à explorer plusieurs aspects d'un problème. Ainsi, lorsque le contexte est imprécis, la pensée va créer des scénarii complémentaires les uns des autres avant d'exposer le plus probable (à l'idée de la personne interrogée).

Cette pensée créative peut être perçue comme un défi à l'autorité, car la réponse qui sera apportée pourra être tout à fait novatrice et nécessitera un changement d'axe de réflexion à celles et ceux qui recevront la réponse. La réponse apparaîtra comme étant “à côté de plaque”. L'attitude d'une personne surefficiente qui maintiendrait ses conclusions et tenterait même de les expliciter en détail pourra être interprétée comme étant un défi à l'autorité.

En plus d'enrichir ses axes de réflexion, les personnes à haut potentiel intellectuel pensent rapidement. De fait, la réponse donnée sera, en plus d'être créative, rapidement enrichie. De quoi générer des situations délicates à gérer.

Les exemples sont légions dans les exercices scolaires donnés à nos enfants. En voici quelques uns qui oscillent entre formulation inadaptée et imprécise.

La moitié (d'un ensemble d'objet ou d'un objet)

En considérant un exercice dont l'objet serait de colorier la moitié d'un ensemble de voitures dessinées, un intitulé insuffisamment précis sera source de création. L'idée de cet exercice est d'inciter les enfants à dénombrer les voitures, de diviser le chiffres par deux puis de colorier en conséquence le nombre trouvé. En demandant de “colorier la moitié des voitures”, l'enfant pourrait répondre en coloriant la moitié de chaque véhicule dessiné. La réponse sera effectivement correcte, par contre, la technique sera sujette à critique. Une reformulation de l'intitulé est nécessaire : “dénombre les véhicules dessinés, et colorie le nombre de véhicules représentant la moitié”.

Les mathématiques ou la santé ?

L'exercice est le suivant : “Bob possède 36 barres en sucre, il en mange 29. Qu'a-t-il maintenant ?”. Evidemment, la réponse attendue est : Bob a un diabète.

Des guillemets ?

L'exercice se présente avec un intitulé : “Complète avec < ou >” suivi de colonnes de chiffres. L'enfant est invité à mettre supérieur à ou inférieur à au sein des colonnes : “12 > 9”… La réponse créative : “12 ou 9”.

Épreuve de mathématique ou de français ?

Soit une équation à une inconnue x, la question est : “Trouvez x.” Simple. La réponse : “x est partout au-dessus du côté gauche,…”. Un intitulé comme celui-ci : “Résoudre l'équation suivante et calculer la valeur de x” apporterait un support confortable.

Épreuve de calcul

Énoncé : “Ecris les nombres suivants en chiffres” (les réponses de l'enfant sont en italique)

  • quarante-neuf : 50
  • soixante-dix-neuf : 80
  • cinquante trois : 54
  • quatre-vingt dix sept : 98

Si les exemples peuvent prêter à la rigolade, une appréciation péjorative du résultat fourni pourra déboussoler des enfants. D'autant plus s'ils ont la capacité de critiquer l'énoncer. À l'âge adulte, les examens, entretiens d'embauche, les formulaires administratifs, etc… seront des difficultés potentielles sources de railleries ou de problèmes plus sérieux.

Sur la base de cette difficulté rencontrée à trouver le bon contexte, ce sont les implicites relationnels et sociétaux qui représenteront l'axe le plus important à travailler pour les personnes à haut potentiel intellectuel.